Retour à l'accueil
Le Plan de Bezoard
La Communauté
Le Livre d'or

Le personnage de Voldemort, Symbole du Mal.

Son nom apparaît pour la première fois dans le tome 1, la communauté des Sorciers apprend sa chute et s’en réjouit, 11 ans de terreur prennent ainsi fin. On le désigne plus souvent par «Vous-Savez-Qui » ou « Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom » tant il est mauvais.
L’intrigue de Harry Potter est portée sur la lutte du Bien contre le Mal, incarné par Lord Voldemort. Puisque comme nous le savons, comme nous l'avons appris dans le tome 5 : Seul Harry pourra le vaincre.

Naissance de Lord Voldemort

« Rares sont ceux qui savent que Lord Voldemort s’est autrefois appelé Tom Jedusor. J’ai été moi-même son professeur à Poudlard, il a cinquante ans. Il a disparu après avoir quitté le collège. (…) Qui donc aurait songé à établir un lien entre Voldemort et ce garçon si intelligent, si séduisant qui avait été préfet en chef de Poudlard ? »

« D’un coté, Tom Jedusor, pauvre mais brillant, orphelin mais si courageux, préfet et élève modèle. »

Tom Elvis Jedusor, dont l’anagramme est "je suis Voldemort", étudiait à Poudlard du temps où Armando Dippet en était le directeur et Dumbledore, professeur de métamorphose.
On fait la connaissance de celui-ci dans La Chambre des Secrets ; on y apprend qu’il était un brillant étudiant, très doué pour la magie.

Lorsque Harry et Tom se trouvent dans la Chambre, Tom insiste sur leur ressemble : ressemblance physique, même origine, tout deux orphelins.

« Il y a une étrange ressemblance entre nous, Harry Potter. Même toi, tu as déjà dû le remarquer. Nous avons tous les deux du sang moldu, nous sommes tous les deux orphelins, élevés par des Moldus. Et probablement les deux seuls élèves de Poudlard qui aient jamais parlé Fourchelang depuis le temps du grand Serpentard lui-même. Même physiquement, nous nous ressemblons. »

Ces personnages se ressemblent pourtant tout les opposent. Pourquoi ? Parce que le mal et le bien n'existent pas à l'origine ?

Dumbledore répond à cette question :

« Ce qui te rend très différent de Tom Jedusor. Ce sont nos choix, Harry, qui montrent ce que nous sommes vraiment, beaucoup plus que nos aptitudes. »

Notre vie est conditionnée par nos choix. Ainsi Tom qui a fait le choix de l’immortalité a choisi la voie de la magie noire et devient Lord Voldemort, le mage noir le plus redouté du monde des sorciers.

« Il a voyagé loin, traversé de nombreux pays… Puis il s’est plongé si profondément dans la magie noire, il a tant fréquenté les pires sorciers, et s’est livré à des expériences si maléfiques (…) »

Voldemort devient alors l’incarnation du Mal. Les autres sorciers le surnomment « le Seigneur des Ténèbres » et son nom est craint par la communauté magique.

Les critiques John Clute et John Grant (auteurs de « The Encyclopedia of Fantasy ») ont listé certaines des caractéristiques du « seigneur des ténèbres » typique :

- Il a souvent été vaincu par la passé, mais jamais détruit.
- Il aspire à devenir le « Maître du monde ».
- Il est une « force abstraite », moins fait de chair et de sang que d’énergie surnaturelle.
- Il représente un « rétrécissement de matière, l’idée que, avant que l’histoire commence, il y a eu un destruction, comme le chaos et la mort provoqués par Voldemort avant que Harry ne soit envoyé chez les Dursley.
- Il symbolise un « avilissement », un effondrement moral, souvent à la suite d’un accord discutable, comme celui avec les nombreux mangemorts qui cherchent à acquérir du pouvoir par leur alliance avec Voldemort.
- Il inflige le mal « par jalousie ».

Selon ces critères, Voldemort apparaît comme l’exemple même d’un seigneur des ténèbres, tout comme Sauron dans le seigneur des anneaux.

Sa recherche de l’immortalité

Dans La Coupe de feu, Voldemort nous dit clairement son but : vaincre la mort
La totalité du premier tome est consacré à la recherche de l’immortalité grâce à la Pierre philosophale. Cette pierre symbole de vie éternelle lui permettrait de retrouver son corps et grâce à l’élixir de longue Vie de pouvoir échapper à la mort comme l’ont fait les Flamel. Cette pierre apporte également à son propriétaire la puissance par l’argent.

« La Pierre n’était pas un objet si merveilleux que ça ! Autant d’argent et de temps que l’on veut ! Les deux choses que les êtres humains choisiraient par-dessus tout… Le problème c’est que les humains ont le chic pour choisir précisément ce qui leur fait le plus mal. »

L’immortalité, bien que désirable va à l’encontre des lois de la nature. Les choses doivent mourir pour laisser place à d’autres sans leur nuire. Et cela, Voldemort ne le comprend pas. Pour lui la mort est une fin et non pas une nouvelle grande aventure comme le dit Dumbledore.

Sa cupidité

Voldemort veut l’immortalité pour lui seul. Il récompensera ses mangemorts d’autres façon, en satisfaisant leur besoin de confiance ou en leur accordant des pouvoirs. Pour arriver à ses fins, il doit sacrifier de nombreuses vies, il n’hésitera pas. Les autres n’ont aucune importance pour lui, surtout les moldus, il est le Mal Incarné.

Les symboles du Mal :

La Marque des Ténèbres :

Il s’agit du signe de Voldemort. « Morsmordre » est le sort qui la fait apparaître dans les airs. C'est une forme immense, verte et brillante qui s'envole. Une tête de mort composée de petites lumières semblables à des étoiles d'émeraude avec un serpent qui sort de la bouche comme une langue. Elle étincelle dans un halo de fumée verdâtre.

Les adeptes de Voldemort en ont un tatouage sur le bras. C'est leur signe de reconnaissance. Quand Voldemort appuie sur le tatouage, ses adeptes ressentent une douleur, une brûlure. Voldemort règne par la terreur, il ne pourra conserver une telle influence que s'il est toujours considéré comme le plus fort.

Cette « marque des ténèbres » est une adaptation par Voldemort de la « marque du Diable », une notion du Moyen Age. Le Diable apposait son signe sur ses disciples, surtout ceux dont il mettait en doute l’allégeance. Sa marque variait en forme et en taille. Parfois elle ressemblait à un lièvre, parfois à une patte de crapaud, parfois à une araignée… Elle était cachée sur les parties du corps les plus secrètes. La marque du Diable était le signe d’un pacte spécial, semblable à celui qui unit Voldemort à ses mangemorts.

Les Serpents :

Deux reptiles rampants sont présents dans la sage Harry Potter : le Basilic, roi des serpent (Le mot basilic provient du grec "basilikon" qui veut dire royal) et Nagini.

Dans Harry Potter, les serpents n’ont pas bonne réputation, la maison Serpentard est symbolisée par un serpent, ce n’est pas un hasard.

« -Tu es un Fourchelang, dit-il.
-Je suis un quoi ? s’étonna Harry.
-Un Fourchelang ! répéta Ron. Tu parles le langage des serpents ! (…)
-Ce n’est pas un don très répandu. Harry il faut que tu le saches, c’est une très mauvaise chose… »

Le Dieu grec Apophis (représenté par un serpent) incarne le Mal face à Rê. Dans la Bible, le Mal tentateur est représenté par un serpent dans le jardin d'Eden, c'est le serpent d'Eve, condamné à ramper et à gober ses proies. Il en est de même dans la mythologie nordique le serpent Nidhogg symbolise les forces du Mal qui attaquent inlassablement l'Arbre de Vie.

La Basilic est décrit pour la première fois par Hermione (tome 2)

"De tous les monstres et créatures qui hantent nos contrées, il n'en est guère de plus étrange ni de plus mortel que le Basilic, connu également sous le nom de Roi des Serpents."

Un naturaliste romain, Pline l’Ancien nous décrit un Basilic :

« Les Basilics transforment en désert le pays où ils vivent. Le venin de leur regard est si puissant qu'il peut dissoudre les rochers et brûler l'herbe d'un simple coup d’œil. Les oiseaux tombent en plein vol et un homme monté sur un cheval tua un basilic avec une pique, et l'infection, remontant à travers l'arme, tua non seulement le cavalier mais aussi la monture. L'eau où ils étanchent leur soif reste empoisonnée. On dit que la première de ces créatures est née du sang de la Gorgone. Cependant, ils continuent à se reproduire en pondant des oeufs qui sont couvés par des crapauds lorsque brille l'Etoile du Chien. De tous les animaux, seules les belettes ne sont pas affectées par ces monstres, et les attaquent à vue. De plus, on croit que les basilics ont peur du champ du coq. »

Nagini, le serpent grâce auquel Voldemort survie.

Dans La Coupe de Feu, Voldemort est maintenu en vie grâce au venin de Nagini
Naga est le terme sanskrit pour « serpent », nagi étant la forme féminine du mot naga. Nag signifie également serpent dans plusieurs langues modernes. Dans le bouddhisme et l’hindouisme, les Nâgas sont une race de serpents semi divins dotés de grands pouvoirs.
Les Nâgas ont un point intéressant avec les basilics. Tout comme l’ennemi mortel de ces derniers est le coq, les Nâgas s’opposent depuis la nuit des temps à Garuda, un puissant oiseau mythique.

Or le Phénix est en fait Garuda, car il n'est qu'une transposition culturelle adaptée.
Ainsi, le Phénix, donc Fumseck, est un oiseau imaginaire qu'on retrouve dans plusieurs civilisations : égyptienne (Benu), indienne (Garuda), chinoise (Feng), juive (Milcham) ou japonaise (Karura).

La description de Garuda : la représentation de l'oiseau varie quelque peu ici : soit on le représente avec un bec et des ailes d'aigle liés à un corps d'homme doré, soit comme un aigle doré au souffle de feu avec des gemmes magiques couronnant sa tête. Il est le représentant du dieu Hindou Vishnu et symbolise la conscience infinie.

Va t-on vers un affrontement Fumsek/Nagini, tout comme on se sont affrontés Le Basilic et Fumseck dans la chambre des secrets ?

Conclusion :

En 1945, Dumbledore vainc le mage noir Grindelwald. Maintenant il « forme » Harry en vue du combat contre Voldemort que lui seul pourra mener. A la manière d’un conte initiatique, Harry est l’élève de Dumbledore et il « suit sa formation ».
Voldemort a pris la « relève » de Grindelwald, Harry prend lui la succession de Dumbledore.