Retour à l'accueil
Le Plan de Bezoard
La Communauté
Le Livre d'or

JKR se serait-elle inspirée d’un livre pour écrire Harry Potter ?

Cette article, rédigé par nos soins, va certainement soulever une polémique. Du moins, il risque de vous interpeller et de vous gêner, Vous, fan invétéré de Harry Potter.

Pour nous, écrire ces mots s’est révélé plus difficile qu’il ne peut paraître car nous émettons l’hypothèse que toute l’histoire, la trame de Harry Potter n’est pas uniquement issu de l’imagination de JKR.

Les Fondateurs-Bézoriens que nous sommes, avons pour bible, livre de chevet Harry Potter, nous lui resterons fidèles et le considérerons toujours comme un véritable chef d'oeuvre compte tenu de sa richesse, de sa qualité d'écriture, et de tout ce qui fait qu'il est impossible de lui trouver un véritable remplaçant ou concurrent.

Néanmoins, durant la longue et pénible attente du Tome 6, nous avons découvert un livre écrit avant Harry Potter, puisque la date de première publication est 1983, qui se trouve avoir un « grand » nombre de points communs avec Harry Potter.

Ce livre est « L’île du Crâne » de Anthony Horowitz, né en 1957, vivant à Londres et ayant reçu un grand nombre de distinctions littéraires comme le « prix européen du Roman pour enfants 1999, et le « grand prix des lecteurs de Je Bouquine en 1994.

Entrons maintenant dans le vif du sujet :

Pour cela, nous dresserons un bilan comparatif des deux œuvres en mettant en évidence les points de l’histoire où il existe une véritable similitude.
Nous étudierons de façon comparative des événements et personnages.

Les événements

Premièrement, fait troublant, dans les deux livres, les deux protagonistes principaux vivent dans un monde « moldu » et se trouvent plonger dans un monde « sorcier » et ce, grâce à une école. Dans le cas de « L’île du Crâne » (LdC) l’école s’appelle « Groosham Grange » et dans HP « Poudlard ».

Ensuite, dans LdC, comme dans HP, « l’inscription » se fait par le moyen d’une lettre reçu dans sa famille moldu.

« Mme Eliot revint dans la salle à manger avec l’habituelle brassée de factures et une grande enveloppe marron » « Groosham Grange » murmura-t-elle.

De même, toujours en ce qui concerne le « coté moldu », les relations entre David et son père et sa mère sont identiques a celle d’Harry avec Vernon et tante Pétunia.
David Eliot ne se sentira bien qu’à l’école de la même manière que Harry considère Poudlard comme sa véritable maison.

« Mais à quelle fin les utiliserait-il [ses pouvoirs] ? Magie noire ou magie blanche ? Le bien ou le Mal ? David préférait remettre sa décision à plus tard. D’abord il devait réussir ses examens. Et il était certain de réussir. N’était-il pas le septième fils du septième fils ? Jamais il ne s’était senti mieux de sa vie. »

Ensuite, on peut voir un parallèle entre la voie 9 ¾ et un miroir présent dans LdC. En effet, dans l’histoire, David traverse un miroir.

« David se regarda dans le miroir, le grand miroir qui faisait face à la cheminée, et puis il pénétra dans le miroir, en plein dans la glace. Il s’attendait qu’elle se brise, mais elle ne se brisa pas, et il se retrouva de l’autre coté ». (LdC)

« Trop tard pour freiner, à présent. Il n'était plus qu'à cinquante centimètres. Il ferma les yeux et attendit le choc. Mais Il n'y eut pas de choc. Il continua de courir sans rencontrer aucun obstacle et lorsqu'il rouvrit les yeux, il vit une locomotive rouge le long du quai où se pressait une foule compacte ». (Harry Potter)

Plus loin, dans les deux livres, on se rend à l’école en bateau et ce, aidé par un personnage « hors du commun ».

De même, dans les deux œuvres, on remarque la similitude entre les détails ou du moins les petits plus du récit.

Ainsi, en ce qui concerne les tableaux :

"Il avait tellement sommeil qu'il ne fût même pas surpris de voir les personnages des tableaux accrochés aux murs des couloirs chuchoter et montrer les élèves du doigt sur leur passage" (HP)

« D’immenses tableaux l’entouraient : les portraits de tout les directeurs […] David sentait leurs yeux posés sur lui, épiant chacun de ses mouvements, puis il entendit un étrange murmure, dans leurs cadres, les portraits chuchotés ».(LdC)

Remarquer que la scène décrite dans LdC se passe dans le bureau du directeur, et que le principe des anciens proviseurs vivants dans leurs tableaux est présent.

Pour continuer, les messages sont aussi délivrés par des oiseaux et bien qu’il n’existe pas de maison comme à Poudlard avec Gryffondor & Co, il existe bel et bien un système de classement par point.

Les personnages

Premièrement, bien que cela ne soit pas véritablement une preuve, loin de là, les deux livres racontent l’histoire d’un jeune garçon, ayant des pouvoirs magiques jusqu’alors ignorés.
De même, David Eliot et Harry Potter ayant tout deux une certaine ressemblance physique :

David : « Assis au bout de la table en noyer verni, David grignotait une noix (tiens, rien à manger, comme Harry non ?), la seule chose à laquelle il ait eu droit. Il était petit pour son âge et très menu […], il avait les cheveux bruns, les yeux verts […] »
Harry : "Harry avait toujours été petit et maigre pour son âge. Harry avait le visage mince, des genoux noueux, des cheveux noirs et des yeux d'un vert brillant. »

Ensuite, la personne qui les conduit à l’école est « différente ». Plus clairement, le personnage qui mène David et ses amis à Grossham Range ressemble quelque peu à Hagrid :

Gregor : « il portait une ample veste en cuir et un pantalon très large. Les gens qui le croisaient dans la gare faisaient un tel effort pour ne pas le regarder qu’une malheureuse femme tomba du quai. En vérité, il était extrêmement difficile de remarquer autre chose ».

De même, tout comme Hagrid, Gregor, qui est le personnage décrit au-dessus, est difficile à comprendre de par son accent : « Ahhrvévou vérr bonn rrroyage ? ». Précisons que les répliques de Hagrid ne « contiennent » son accent que dans la version originale. Cependant, dans le Tome 5, Harry Potter et l’ordre du Phénix, lors de l’enquête de Ombrage, un élève dit :

« On a du mal à le comprendre, on dirait qu’il grogne »

Ensuite, on trouve dans LdC, un personnage qui s’apparente vraiment à Rogue. En effet, on peut y lire (M. Helliwell est un professeur):

« De toutes les personnes qui pouvaient surgir dans le couloir à cet instant, M. Helliwell était le pire. […] les gens le craignaient tellement qu’il lui suffisait de dire bonjour pour qu’ils s’évanouissent. […] Dès le début, David s’était mis M. Helliwell à dos ».

« M. Helliwell réfléchit un instant. Ses yeux gris étaient impénétrables :
- Très bien, je retire 9 points au classement général (à David) ».

Tandis que dans Harry Potter (en parlant de Rogue) :

« Ses yeux étaient aussi noirs que ceux de Hagrid mais ils n'avaient pas la même chaleur.Ils étaient vides et froids comme l'entrée d'un tunnel. »
"Lors du banquet de début d'année, Harry avait senti que le professeur Rogue ne l'aimait pas beaucoup. A la fin du premier cours de potions, il se rendit compte qu'il s'était trompé: en réalité, Rogue le haïssait."
"Votre impertinence coûtera un point à Gryffonfor, Potter, ajouta Rogue »

Détail moins important, ou du moins, moins flagrant : le père de David est directeur d’une banque tout comme Vernon est le directeur de la Grunnings et tout deux sont petit, gras et on une moustache hérissée.

Finalement, lors de départ de David pour l’école de sorcellerie Groosham Grange, le voyage se fait en train, dans un compartiment et il y rencontre deux protagonistes que sont : un garçon qui portait

« Un pantalon d’uniforme de collège et un énorme tricot, si épais que l’on se demandait si un mouton n’était pas caché à l’intérieur, […], dans une main il tenait une barre de Mars à moitié mangée, dont le caramel coulait sur ses doigts » (N’y a t il pas là une certaine ressemblance avec Ron déguisait en Moldu et dégustant des Chocogrenouille ?)

et une fille (Hermione)

Pour conclure, sachez que dans L’île du Crâne, les professeurs compte parmi eux un fantôme et un loup garou et que l’on peut relever la présence de nom tel que Percy et Ron.

Conclusion

Cette liste n'est pas exhaustive et montre bien qu'on peut établir un lien entre ces deux livres. La question est de savoir si c'est le pur fruit du hasard ou ....
Pour apporter un élément supplémentaire de réponse, ajoutons que lors d'un accident magique, la tante de David gonfle.

" La petite bonne femme ratatinée enflait comme si on l'avait banchée sur un tuyau d'air comprimé" (cela ne ressemble t-il pas à l'épisode avec la tante Marge ?)

et que dans le Tome 2 de LdC, "Graal maudit", une personne cherche à voler un objet très précieux et la personne que tout accuse, que l'on soupçonne de bout en bout, ne se révèle pas être le coupable, et au contraire, le responsable semblait au-dessus de tout soupçon. (N'y a -t-il pas une ressemblance avec le Tome 1 de Harry Potter et la pierre philosophale ?)

Libre à vous de juger ?