Retour à l'accueil
Le Plan de Bezoard
La Communauté
Le Livre d'or

La symbolique dans Harry Potter

Toutes les informations relatives aux symboles sont extraites du dictionnaire des symboles de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, éditions robert Laffont/jupiter.
En lisant les différents livres de Harry Potter, on peut s'apercevoir que les romans sont riches en symboles (le phénix, la couleur verte...). En relevant et analysant ces symboles, on peut s'apercevoir d'une part de la complexité du schéma narratif de JKR (car si nous ne faisons que relever et interpréter ces symboles, elle, a dû les trouver; les insérer dans le roman en respectant la symbolique) Et d'autre part, que ceux-ci nous éclaire sur l'énigme Harry potter.

Les couleurs

La couleur verte

La couleur "verte" est la plus présente à travers la saga HP. Les yeux de Harry, Avada Kedavra, etc. ...
En symbolique, le vert : « entre avec le rouge dans un jeu symbolique d’alternance (...) le vert est une couleur d'eau comme le rouge est la couleur du feu (...) les rapports de ces deux couleurs sont analogues à ceux de son essence et de son existence. Le vert est lié à la foudre, le tonnerre. (...) L'équilibre de l'un et de l'autre, (rouge et vert) c'est tout le secret de l'homme et de la nature. »
Le vert, couleur des yeux de Harry, s'oppose au rouge, couleur des yeux de Voldemort. Mais bien qu'opposées : ces deux couleurs sont étroitement liées... de même qu'Harry et Voldemort. En s'opposant, elles s'équilibrent, comme Harry, qui représente le bien, et Voldemort, symbole du mal.
Le vert est également lié à la foudre, ce qui ne peut que rappeler le sort d'Avada Kedavra, qui crée une « puissante lumière verte » et la forme de la cicatrice de Harry en forme d'éclair.
« Parenté du vert et du rouge, de l'eau et du feu. Cette couleur cache un secret, elle symbolise une connaissance profonde, occulte, des choses et de la destinée »
De même que l'eau et le feu, qui ne peuvent exister tant que l'autre existe (le feu s'éteint en contact avec l'eau, qui s'évapore au contact du feu). On peut également mettre en rapport le fait qu'une « connaissance profonde des choses occultes » peut référer à la prophétie (liée à la couleur verte, par les yeux de Harry, de Lily, et de la lumière de l'Avada Kedavra)
« La couleur verte symbolise le Christ rédempteur »
Harry, représenté par la couleur verte est « l'enfant de la prophétie » Il est le seul à pouvoir vaincre Voldemort, donc à pouvoir triompher du mal : d'où l'analogie avec le Christ rédempteur.
« Pour les alchimistes, c’est la couleur de l'émeraude, qui perce les plus grands secrets. On comprend dès lors l'ambivalente signification du rayon vert : s'il est capable de tout transpercer il est porteur de mort aussi bien que de vie. »
On ne peut que penser au sort de l'Avada Kedavra : sort surpuissant, rayon vert qui triomphe de tout. Porteur de mort, il rebondit pourtant sur Harry et se retourne contre Voldemort, donnant à Harry certains pouvoirs de Voldemort (Fourchelang, etc. ...)
« Vert couleur ambivalente, à la fois signe de vie et de mort : couleur de la vie car couleur des jeunes pousses au printemps, mais couleur de la mort car couleur des moisissures: il y a un vert de mort, comme un vert de vie. »
On souligne ici encore la dualité de la couleur verte, dualité entre la vie et la mort, comme le sort qui aurait dû tuer Harry et qui lui a donné encore plus de pouvoirs. C'est aussi la couleur de Serpentard, maisons adepte de la magie noire, et bien sur celle des serpents...
« Le vert possède une puissance maléfique, nocturne. L'émeraude (...) est la pierre de Lucifer avant sa chute »
Voldemort, symbole du Mal, peut être comparé à Lucifer : Voldemort se sert de L'Avada Kedavra, lumière verte, maléfique puisque cause de mort, contre Harry, mais ce sort va causer sa propre chute, sa propre déchéance.
L'importance de la couleur verte n'est donc plus à démontrer : elle est tout le symbole de la dualité Harry/Voldemort, leur opposition (le bien contre le mal, la vie contre la mort) mais aussi leur complémentarité (« ... Mais séparés dans leur essence », dira Dumbledore en voyant dans es objets magique les corps de deux serpents s'enrouler puis se séparer)

La couleur rouge

Ayant démontré à travers la couleur vert l'opposition de ces deux couleurs, on ajoutera seulement que le rouge est bien évidemment la couleur de Voldemort : c'est la couleur du sang, de la violence mais aussi de la puissance et de la force. Il est également « dangereux comme l'instinct de puissance qui n'est pas contrôlé; il mène à l'égoïsme, à la haine »
Mais c'est également la couleur de Gryffondor : le rouge vif, solaire (=or) incite à l'action, il est l'image d'ardeur et de beauté, de force impulsive et généreuse, de jeunesse, de santé et de richesse.
En tarot, l'Arcane 11, symbole de force représente deux mains qui ouvrent le gueule d'un lion, porte une cape rouge et l'arcane 8, symbole de justice, porte une robe rouge.
Le rouge est donc également symbole d'ardeur, de justice et de force, de courage donc. De plus, il est associé dans ce cas là à l’or, ainsi qu'au lion. Cela ne peut que rappeler les vertus plébiscitées par la maison Gryffondor.
« C’est aussi la couleur de l'union, symbolisée par des fils rouges » (cf. les fils rouges et or sortant de la baguette de Harry, chez Ollivander : prédiction de ce qui peut vaincre Voldemort, l'Union ?)
« Le rouge, couleur du feu, éloigne le feu » : Il faut donc « combattre le mal par le mal »
Le Rouge de Voldemort, le Rouge de Gryffondor. Mais également le Rouge des plumes du phoenix, de Fumseck : plumes présentes dans les baguettes de Harry ET Voldemort : baguettes incapables d'agir l'une contre l'autre, pourtant leur propriétaire ne peuvent « survivre tant que l'autre vit »
Cela souligne une fois de plus l'opposition entre Harry et Voldemort. On peut, à partir de là, élaborer une théorie qui expliquerait cette opposition, et en même temps cette complétude entre Harry et Voldemort:

Supposition : A la base, il y a un esprit unique, présent dans le corps de Tom Jedusor. Cet esprit à deux facettes, l'une représentant le bien, et l'autre le mal. En devenant peu à peu adepte de la magie noire, Tom Jedusor répudie cette partie « humaine » en lui : l'amour, etc. ... Lorsqu'il est Lord Voldemort, la partie maléfique de son esprit a pris le dessus, mais l'autre existe toujours, bien qu'indésirable.
Lorsque Le seigneur des ténèbres jette le sort mortel d'Avada Kedavra contre Harry, celui rebondit sur Harry car il est protégé par une magie que Voldemort méprise : c'est l'amour, partie de lui qu'il a rejetée. Le sort ricoche sur lui. Sort qui aurait dû le tuer, mais Voldemort n'est « plus assez humain » pour mourir (car il a répudié sa partie humaine, qui pour lui, est faible)
Il ne meurt pas, mais son esprit se scinde en deux une partie de l'esprit, la partie maléfique, reste en lui, et l'autre, la partie humaine de son esprit part et va dans le corps de Harry, ne laissant de Voldemort qu'une « chose », un esprit. L'esprit, à la base unique, est donc présent dans deux corps différents, Harry et Voldemort : Chacun des deux corps possède une partie de l'esprit.
C'est pourquoi aucun des deux « corps » ne peut vivre tant que l'autre survit, car l'esprit cherche à se réunifier. Pour cela, il faut qu'il soit libéré de son enveloppe, de son corps. Un des deux corps doit donc mourir pour que les deux moitiés d'esprit se rejoignent et s'équilibrent enfin.
C'est pourquoi Voldemort ne peut toucher Harry : cette partie humaine le répugne, il l'a tant rejetée qu'il ne peut la toucher. Lorsqu'il va reprendre forme humaine, grâce au sang de Harry, un peu d'humanité revient en lui : c'est pourquoi il peut toucher Harry et c'est pourquoi leurs pensées communiquent : une petite partie de l'esprit humain a rejoint son propriétaire initiale, mais la plus grande partie est encore dans Harry, d'ou communication.

Les couleurs rouges et vertes sont donc représentatives de toute l'énigme Harry-Voldemort : complémentaires, opposées, elles ne peuvent exister l'une sans l'autre, car sont opposées (et aucune chose ne peut exister s'il ne possède pas son contraire : qu'est ce qu'est l'amour sans la haine, la vie sans la mort, le bien sans le mal ,etc.) Mais ne peuvent pas non plus exister totalement tant que l'autre survie : la mal ne triomphera jamais totalement si le bien existe toujours, etc. ...
D'ou toute la complexité de la relation Harry – Voldemort.

La couleur bleue

On peut considérer la couleur "bleu" comme la couleur de Dumbledore : il a les yeux bleus, il est souvent habillé de bleu, a les cheveux gris (dérivé du bleu).
Le bleu est « la plus profonde des couleurs » de même que l'esprit de Dumbledore : on ne sait jamais ce qu'il pense réellement, ni même qui il est réellement.
Le bleu suggère « une idée d'éternité tranquille et hautaine, qui est surhumaine »
Dumbledore, représentant par excellence la force tranquille et l'éternité : il va avoir 150 ans, son animal fétiche, le phénix, est immortel.
Les Egyptiens considéraient le bleu comme la couleur de la vérité (on peut ajouter que le bleu est la couleur de Serdaigle , de « l'intelligence sûre » donc de la vérité) , et la couleur des Dieux : En effet, Dumbledore apparaît comme le juge impartial, celui qui « sait », sans dévoiler ses secrets : il était au courant de la prophétie , il sait pourquoi Rogue a changé de camp. Il sait aussi visiblement beaucoup de choses sur Voldemort. Il peut être comparé à un Dieu, avec son très grand âge, sa longue barbe et sa grande sagesse.
La couleur bleue est donc celle de la sagesse, de la force tranquille et de la vérité, valeurs incarnées par la maison Serdaigle, et par Dumbledore.

La couleur Or

La couleur or est, dans la saga Harry Potter, fortement associée à la couleur rouge (Gryffondor)
L'importance de la couleur dorée est mise en avant dès le premier tome : Harry Potter and the philospher's stone. Littéralement, Harry Potter et la pierre philosophale. Or, la pierre philosophale apporte certes la vie éternelle, mais son utilité la plus connue est celle de pouvoir transformer le plomb en or, le doré est la couleur des alchimistes.
« L'or devient (...) le principe de solidarité, de la sécurité humaine »
Gryffondor n'est elle pas la première maison à prôner la solidarité entre les maisons (Hermione, Harry et Ron, appartenant à Gryffondor, créent L'A.D, où les élèves de toutes les maisons peuvent venir : c'est un premier pas de Gryffondor vers l'union réclamée par le Choixpeau magique, afin de faire face à la guerre qui se prépare.

La couleur argentée

De même que le bleu, la couleur argentée est la couleur de Dumbledore : sa barbe, ses cheveux, ses lunettes, ses robes de sorcier, ses instruments, la Pensine...
« Dans la symbolique chrétienne, il représente la sagesse divine » Ici encore, Dumbledore représente la sagesse, la déification.

Les animaux

Le phénix

Le phénix est bien sûr l'animal central de Harry Potter : il est suffisamment important pour donner son nom à un ordre anti-Voldemort, et même à tout un tome des aventures de HP. Il est bien sûr un symbole de renaissance, de beauté et de longévité (= Dumbledore : ce n'est pas pour rien que son patronus est un phénix.). Il est le symbole du triomphe de la vie sur la mort, du bien sur le mal (d'où l'appellation de « l'ordre du phénix »)

Le serpent

Le serpent est bien sûr l'image du mal, de la magie noire, de Voldemort, des Serpentard...

Supposition : Le serpent est « jumeau en lui même » : On peut souligner que le prénom de Voldemort, « Tom » (Twin) signifie jumeau en anglais... Ici encore on a l'idée de deux esprits séparés mais à l'origine de formant qu'un seul et même esprit.

Il est également bon de rappeler l'image du serpent se scindant en deux pour en former deux différents que Dumbledore voit, lorsqu'il interroge ses instruments sur la signification du rêve de Harry (tome 5).
Il est également la « dialectique matérielle de la vie et de la mort, la mort qui sort de la vie et la vie qui sort de la mort » soit L'Avada Kedavra censé tuer, mais qui laisse en vie celui qui doit mourir, et tue sans le tuer celui qui aurait dû survivre : nous avons encore ici l'expression de la complexité du rapport vie/mort dans la saga Harry Potter : on peut être mort, ne plus avoir de corps mais avoir encore son âme dans le monde des vivants (les fantômes, les Détraqueurs). Ou à l'inverse, avoir un corps vivant mais une âme morte (les victimes des Détraqueurs). Pour Dumbledore, il existe également « une arme pire que la mort ».
Dans certains pays, comme en Asie, le serpent est le symbole de l'eau, des fleuves, dont la plupart sont appelés « Draco » : Draco Malefoy (en français Drago) est un serpentard, son père est un mangemort...
Dans le vaudou haïtien, « il n'accepte pas que ses serviteurs, c'est à dire ses possédés, invoquent les divinités qui font à la fois le bien et le mal, à l'exception des jumeaux, qui lui sont proches. Il est aussi l'éclair... »
Comme Voldemort, il possède et asservis les gens, dont il exige une fidélité sans faille. Il est également souligné ici aussi l'importance de la gémellité.

Les personnages

Dans tous les livres Harry Potter, on s'aperçoit que plusieurs « personnages-types » sont présents, et jouent le rôle qui leur a été attribué depuis toujours.

Le vieillard

On retrouve dans la symbolique du vieillard le personnage de Dumbledore :
« La vieillesse est un signe de sagesse et de vertu, c'est à dire des sages, des guides. Les vieillards sont une préfiguration de la longévité, un long acquis d'expériences et de réflexion, laquelle n'est qu'une image imparfaite de l'immortalité »
Dumbledore a prouvé à maintes reprises qu'il était un vrai sage, qui ne disait jamais rien au hasard. De plus il va avoir 150 ans, son animal est le phénix... Quoi de mieux comme image de l'immortalité ?
En chine, le « Lao-Tseu » a des cheveux blancs, sous l'aspect d'un vieillard, d'ou son nom qui signifie « vieux maître » ; « Les cheveux blancs sont le signe de l'éternité. Mais échapper aux limitations du temps s'exprime aussi bien dans le passé que dans le futur : être un vieillard, c'est exister dès avant l'origine, c’est exister après la fin de ce monde »
On retrouve donc ici la relation complexe de Dumbledore et du temps : il est très âgé, mais pourtant en pleine forme, il sait beaucoup de choses sur le temps. Il possède également cette étrange montre à douze aiguilles dont on ne connaît pas (encore) la signification.
La figure du vieillard, par sa sagesse et sa relation au temps s'applique donc particulièrement bien à Dumbledore.

Le père

Bien que mort, James, le père de Harry reste très présent autant dans l'énigme Harry Potter que dans l'évolution personnelle de celui ci. Le père est avant tout un symbole « protecteur » : Le Patronus de Harry, qui le protège des Détraqueurs, est un cerf, animagus de James. Le père de Harry continue donc à le protéger après la mort.

La mère

« Dans le symbole de la mère, la vie et la mort sont corrélatives » : Lily va mourir, mais sa mort va permettre à Harry de survivre.

Les chiffres

le 7

Le chiffre 7 possède une importance indiscutable : les 7 tomes de Harry Potter, les 7 années à Poudlard. Mais pourquoi avoir choisi précisément le chiffre 7 ? Pourquoi pas 6 tomes, pourquoi pas 8 ?
Car le chiffre 7 possède une symbolique tout particulière (pensez aux 7 jours de la semaine, aux 7 planètes) qu'aucun autre chiffre ne possède : « le chiffre 7 symbolise un cercle complet, une perfection dynamique (...) 7 indique le sens d'un changement après un cycle accompli et d'un renouvellement positif »
L'idée du cercle, de la « boucle bouclée » est confirmée par la symétrie des oeuvres de J.K Rowling : le premier tome est à mettre en parallèle avec le septième, le deuxième avec le sixième, etc.
Le « cycle accompli » pendant les sept années à Poudlard peut être la guerre contre les forces du mal, contre Voldemort. Le renouvellement positif serait bien sûr la chute, irrévocable cette fois, de Voldemort, hypothèse que nous pouvons confirmer car JKR a déclaré que Harry « survivrait au septième tome ».

Le 12

Le 12 est un nombre que l'on retrouve à de nombreuses occurrences dans Harry Potter Dans "Harry Potter à l'école des sorciers" :
1. "Douze fois", p14
2. "J'ai du voir une bonne douzaine", p14
3. "Douze aiguilles", p17
4. "Une douzaine de boule", p21
5. "Douze lettres", p45
6. "Avoir une demi-douzaine d'yeux", p75
7. "Douze usages du sang de dragon", p227

Dans "Harry Potter et la chambre des secrets" :
8. "Tapa dans ses mains et une douzaine de nains", p250
9. "Le plus sinistre des douze", p251

Dans "Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban" :
10. "Pour la douzième fois", p266

Dans "Harry Potter et la coupe de feu" :
11. "Une tente de douze pièces", p163
12. "Dans l'article douze du règlement", p159

Dans "Harry Potter et l'ordre du Phénix" :
13. "12.square Grimmauld", p73
14. "Ramasser une douzaine de parchemins à la fois", p 96
15. " Avec simplement une douzaine de mangemorts", p 110
16. "Une demi-douzaine d'autres l'imitèrent", p 173
17. "La même phrase une demi-douzaine de fois", p 274
18. "Et aurait douze enfants", p 654
19. "Une demi-douzaine de badges", p 861
20. "Une douzaine de baguettes", p876

Tout cela n'est certainement pas du au hasard, car le 12 est un chiffre abondamment utilisé dans la littérature ancienne , en particulier dans la bible : les 12 portes de Jérusalem, les 12 apôtres, l'arbre de vie à 12 fruits, les 12 joyaux mais aussi les 12 mois de l'année, les 12 chevaliers de la table ronde...
C'est « le chiffre de la perfection » et « le bien triomphant, au terme des deux phases »
Associé au nombre 7 (voire plus haut signification du nombre) le 12 est « le symbole du devenir humain ».
C'est aussi et surtout « le nombre d'un accomplissement, d'un cycle achevé. Ainsi, dans le tarot, la lame du pendu (XII) marque-t-elle la fin d'un cycle, suivi par celle de la mort (XIII) qu'il faut prendre dans le sens de renaissance »
On pense bien sûr à Harry triomphant sur Voldemort, faisant triompher le Bien, et achevant ainsi le cycle « Voldemort », le cycle du mal.

Les lieux

La chambre des secrets (la chrysalide)

« Symbole du lieu des métamorphoses, à rapprocher de la chambre secrète des initiations, de la matrice des transformations, etc. Plus encore qu'une enveloppe protectrice, elle représente un état éminemment transitoire entre deux étapes du devenir, la durée d'une maturation. Elle implique le renoncement à un certain passé et l'acceptation à un nouvel état, condition de l'accomplissement. Fragile et mystérieuse comme une jeunesse riche de promesses, mais dont on ne sait exactement ce qui en sortira, la chrysalide inspire respect, soin et protection. C'est l'avenir imprévisible qui se forme, un symbole de l'émergence en biologie. Dans tout rituel d'initiation se présente une épreuve, qui est le passage par une chambre secrète: caveau, souterrain, pièce fermée, trou creusé dans le sol, clairière dans la forêt, etc. C'est un lieu éloigné de tout curieux. L'initié y est aspergé d'eau lustrale ou du sang d'un victime sacrifiée (qui est rendue sacrée). Souvent, il y passe la nuit; il est censé recevoir, dans le sommeil ou à l'état de veille, les révélations de la divinité. (...) Cette chambre secrète symbolise le lieu de la mort du vieil homme et de la naissance de l'homme nouveau. Elle peut être comparée au baptistère chrétien. Toute initiation, fût-elle la plus naturelle, comporte une part de secret et de retraite, et la vie nouvelle qu'elle inaugure se fonde sur une certaine mort, sur une part d'abandon. »
La Chambre des Secrets, lieu souterrain, creusé dans le sol, montre en effet une évolution chez Harry : il sait qu'il est un véritable Gryffondor (grâce à l 'épée, que seul « un vrai Gryffondor » aurait pu l'utiliser »). Il a vaincu une fois de plus Voldemort, il a sauvé Ginny, il a tué le Basilic... Il est aspergé du venin du serpent, puis des larmes du phénix- ce qui va le sauver.

Autres symboles

Le miroir

Les miroirs ont une importance relative dans les livres Harry Potter : on pense notamment au miroir du Rised, à la glace à l'ennemi, au miroir que Sirius offre à Harry.
D'après le dictionnaire des symboles, le miroir est « la révélation de la vérité » :
La glace à l'ennemi montre les ennemis de son propriétaire ; elle lui montre donc la vérité. Quand au miroir du Rised, il est censé montrer les désirs les plus profonds. Mais ne possède t il pas non plus une part de vérité ? D'une part, en nous montrant nos désirs les plus profonds, il nous apprend la vérité sur nous même. Mais peut être montre t-il la réalité plus concrète ... quoi qu'en dise Dumbledore.

Dans le tome 1, Harry se voit entouré de ses parents. Ron se voit, quant à lui , préfet en chef, tenant le coupe de Quidditch. Puis Harry se voit prendre la pierre philosophale.
Or, Harry va voir ses parents, dans le tome 4, même s'ils ne sont que des ombres, lorsqu'ils sortent de la baguette de Voldemort. Il va aussi les voir, jeunes, dans la Pensine dans le tome 5
Ron, lui, est préfet dans le tome 4, pourquoi pas préfet en chef plus tard ? Et à la fin du tome 5, il porte la coupe de Quiditch...
Enfin, à la fin du tome 1, Harry se voit prenant la pierre philosophale. A l'instant même où il a cette vision, la pierre philosophale se matérialise dans sa poche.
Le miroir symbolise donc peut être le désir le plus profond de celui qui le regarde... Mais peut-être fait il en sorte que cela se produise ?
Le miroir est aussi « Symbole de la connaissance et de la sagesse » : Dumbledore a une attitude très sage face au miroir du Rised, de même que la glace à l'ennemi, qui rend paranoïaque. Il prétend également se voir avec une paire de chaussettes chaudes dans le miroir du Rised – Mais il est presque certain qu'il ment, en effet, désirer une paire de chaussettes plus que n'importe quoi d'autre au monde paraît un peu puéril pour un grand homme comme Dumbledore. Il connaît certainement la vérité quand au miroir, et refuse de dire à Harry ce qu'il y voit.
De plus selon une légende « Pythagore avait un miroir magique qui présentait à la face de la lune, avant d'y voir l'avenir, comme le faisaient les sorcière en Thessalie. Son emploi est l'inverse de la nécromancie, simple évocation des morts, car il fait apparaître des hommes qui n'existent pas encore ou qui accomplissent une action qu'ils n'accompliront que plus tard »
Ron se voit futur préfet dans le miroir : en réalité, ce n'est qu'un reflet, et même une vision : donc il n'existe pas encore réellement. Cependant le miroir lui montre une action qu'il n'exécutera que plus tard. De même, Harry se voit avec la pierre philosophale. APRES s'être vu avec cette pierre, elle se matérialise dans sa poche.

Milou la Glandeuse